La cause du peuple algérien sur la scène internationale
Troupe artistique du FLN

Par Hassina AMROUNI
Publié le 25 nov 2019
Le 1er novembre 1954, le peuple algérien s’engage dans une lutte armée pour libérer le pays de la présence coloniale.
La troupe artistique du FLN
Mustapha Kateb
La glorieuse équipe du football du FLN
Abdelhalim Rais
En août 1956, le Congrès de la Soummam viendra organiser et structurer cette révolution mais surtout lui donner une assise populaire et une aura internationale. Pour cela, des appels à toutes les forces vives du pays sont lancés, notamment les intellectuels et les artistes. Leur mission : faire connaître la cause du peuple algérien sur la scène internationale et alerter l’opinion sur la justesse de ce combat libérateur. Dans ce contexte, furent créées, en avril 1958, l’équipe de football et la troupe artistique du FLN.18 avril 1958Alors qu’ils avaient largement répondu à l’appel du FLN lors de la « grève des 6 jours » (du 28 janvier au 4 février 1957) et qu’ils avaient renoncé à toute activité artistique sur instruction d’El Djebha, les artistes sont invités à rejoindre le FLN à Tunis, à partir de 1958 pour la création de cette entité qui allait défendre la cause de l’Algérie dans le concert des nations.L’appel lancé sur les ondes de Radio Tunis (Sawt El Djazaïr) reçoit l’adhésion de la majorité des artistes algériens de l’époque. Et c’est ainsi que le 18 avril de la même année, on assiste officiellement à la naissance de la troupe artistique du FLN, placée sous la direction de Mustapha Kateb. La troupe sera divisée en deux entités : le théâtre et la chanson auxquelles se greffent la poésie et les arts plastiques.Comptant, au départ 35 artistes, la troupe est vite renforcée pour atteindre les 52 membres, dont de nombreuses femmes. Sur son blog, Abdelkader Bendaâmache, écrivain et musicologue, écrit : « El Ouafia n’a-t-elle pas pris le chemin de Tunis pour intégrer volontairement la troupe artistique du FLN en 1958 ? Cette interprète-chanteuse et comédienne de talent fut suivie de plusieurs autres femmes artistes tout aussi talentueuses telles Ibrahimi Malika (comédienne), Safia Kouaci (costumière), Zahra Benbrahim-Henda (artiste de ballet), Rakia Derri (comédienne) pour constituer l’ossature de ce groupe d’artistes algériens en exil, dirigé par Mustapha Kateb, qui disait tout haut la justesse de la cause algérienne, en chansons, en poésies et en pièces théâtrales, dans plusieurs pays frères et amis ».D’autres noms célèbres font également partie de cette troupe, à l’image de Ahmed Wahby, Farid Ali, Sid-Ali Kouiret, Youcef Abdjaoui, Fadila Dziria, Aouichet, Meriem Fekkaï, Slimane Azem, Akli Yahiatène, Hadi Radjeb, Mustapha Sahnoun, Ahmed Hadid, Yahia Ben Mabrouk, Mohamed Zinet, Djaâfer Bek, Bahia Farah, Wafia Belarbi, Mustapha Toumi, Ali Maâchi, Mohamed Touri, Nouria et Mustapha Kasdarli, Keltoum, Farida Saboundji, H’sissen, Rouiched, Taha El Amiri, Abdelhamid Raïs, Mohamed Hamdi, Khelifa Tahar, Djaâfar Damerdji, Hamou Saâdaoui, Boualem Raïs, Hacen Chafi, Brahim Malika,… Tous n’hésiteront pas à mettre leur notoriété et leur talent au service de la cause nationale.La Révolution du peuple algérien, thème fédérateur L’expression du besoin de libération de tout un peuple sera le thème récurrent de toutes les œuvres interprétées par la troupe du FLN, qu’elles soient chantées ou interprétées sur scène.Le 24 mai 1958, la troupe artistique du FLN donne sa première représentation au Théâtre municipal de Tunis. Elle joue la pièce Les enfants de la Casbah. Cette œuvre traitant du thème de la résistance en milieu urbain et des dures réalités de la clandestinité se déroule dans une maison de la Casbah d’Alger. Suivra une grande tournée en Tunisie, en Libye, en Egypte, en Irak, au Maroc, en Yougoslavie, en Chine et dans l’ex-URSS.Dans un témoignage autour de cette période, le défunt comédien, Sid-Ali Kouiret et également membre de la troupe, évoque : « C’est incroyable, tout était réglé dans les moindres détails, rien n’est laissé au hasard, nos titres de voyages, nos contacts à l’étranger avec les représentants du FLN dans les capitales européennes, jusqu’à notre arrivée à Tunis avec l’attention particulière qui nous a été réservée par les responsables en place. »Au lendemain de l’indépendance, cette pièce est d’ailleurs à nouveau mise en scène. Plus de 1300 personnes assisteront aux huit représentations programmées et présentées sur les planches du TNA.C’est au dramaturge Abdelhalim Rais que l’on doit les scenarii de la majorité des pièces théâtrales jouées par la troupe artistique du FLN et qui consacraient la révolution algérienne comme préoccupation principale, focalisant parfois le propos sur les souffrances endurées par le peuple algérien et les injustices qui lui étaient infligées par l’occupant colonial.  On peut citer parmi ces œuvres Les enfants de la Casbah, El Oumahate (les mères), Al Khalidoun (Les éternels) ou Dam el Ahrar (Le sang des libres).Dans le domaine lyrique, la chanson engagée prend place sur les scènes internationales, véhiculant un message prégnant de la lutte du peuple algérien, spolié de sa terre et de sa liberté par un pouvoir colonial despote.Il est à noter que c’est en Yougoslavie qu’est gravé le seul enregistrement de la troupe du FLN. Selon l’historienne Naïma Yahi, « c’est un coffret de 33 tours et de 45 tours enregistrés entre 1959 et 1960, sous la direction du dramaturge Mustapha Kateb, où l’on entend notamment une chanson d’Ahmed Wahby avec un chœur d’enfants tunisiens et algériens. Il chante : « Tu peux parler ô De Gaulle, tu peux aboyer, il est écrit que le peuple algérien ne déposera pas les armes ».Pour l’historienne Naïma Yahi, « les Algériens ont gagné la guerre par la justesse de leur combat, et la propagande des artistes, des intellectuels ou des écrivains militants comme Kateb Yacine, a été aussi importante que les armes ».Hassina AmrouniSources :https://abdelkaderbendameche.skyrock.com/2781400842-La-femme-artiste-et-... https://musique.rfi.fr/actu-musique/musique-arabe/algerie-troupe-artisti...https://musique.rfi.fr/actu-musique/musique-arabe/album/20120703-paris-f...http://www.elmoudjahid.com/fr/mobile/detail-article/id/19085
DOSSIER

Les prémices d’une rupture

Aux origines du CRUA

GUERRE DE LIBERATION

Les frères martyrs

Abdelkader Menouar et Mohamed Badaoui

FIGURES HISTORIQUES
GRANDES DATES
MEMOIRE

La moudjahida

Portrait de l’artiste plasticienne Aïcha Haddad

UNE VILLE, UNE HISTOIRE

Ath Yenni, Le Mont des orfèvres

Histoire de la ville

CONTRIBUTION

Un parcours patriotique exceptionnel

Moudjahida Kheira Louahla